Takenoko, à l’aube du printemps

Le printemps est la saison des récoltes des pousses de bambou “takenoko“.

La plante de bambou était indispensable dans la vie quotidienne japonaise, utilisée comme matériau de construction ou comme ustensiles de cuisine sous la forme de baguettes, de bols, d’assiettes ou encore comme passoires.
Aujourd’hui, beaucoup de ces objets ont été remplacés par des outils en plastique, mais le “takenoko“ reste un aliment très populaire, apprécié pour sa texture croquante et son goût légèrement amer.

Ici à Kanazawa, les premières «moso» (pousse de bambous) ont été cultivées en 1766, à l’époque plantées en banlieue. De nos jours, la ville certifie 15 catégories de ce légume et l’une d’entre elle est représentée par la marque Kaga Yasai.

Le takenoko n’est récolté que lorsque les pousses sont très jeunes, juste après que les pointes vertes sortent du le sol. C’est pourquoi on les appelle takenoko (signifie littéralement ‘le petit bambou’). Les takenoko sont utilisés dans une grande variété de plats, avec du riz, mijoté ou en tempura sont des recettes traditionnelles. Lorsqu’ils viennent d’être ramassés, ils peuvent être simplement tranchés et consommés crus.

Pour répondre à la demande tout au long de l’année et malgré le fait qu’ils soient aujourd’hui principalement cultivés dans des serres, les takenoko ne sont récoltés qu’une fois par an. On dit que les takenoko sortiront du sol entre 7 et 10 jours après que les cerisiers commencent à fleurir. Les deux sont donc attendus avec impatience par les Japonais comme signes de l’arrivé du printemps.